close
LONG VOYAGE À VÉLO EN AFRIQUE: QUESTIONS FRÉQUENTES

LONG VOYAGE À VÉLO EN AFRIQUE: QUESTIONS FRÉQUENTES

Pour les curieux et ceux qui envisagent de partir en vélo en Afrique. Voici la réponse à quelques questions que beaucoup m’ont posé lors de mon périple et à mon retour du Cap, après avoir traversé tout le continent seule en vélo depuis le Caire.

S’Y PRENDRE À L’AVANCE???

Oui et non! Tout dépend des personnes et de la vie que l’on mène.

J’ai organisé mon premier voyage en vélo du Caire au Cap en 3 semaines!!! Un truc de dingue… C’était partir maintenant ou jamais! J’avais toujours eu l’idée dans la tête, j’avais du temps entre deux boulots, je me suis dit que c’était le moment!
Le plus important: s’équiper, apprendre à réparer son vélo, s’informer des visas et préparer en gros l’itinéraire des premiers mois.
Je vis déjà comme une nomade “sans domicile fixe” depuis quelques années alors c’est aussi plus facile de partir longtemps sans trop d’organisation préalable. Et puis, j’ai déjà aussi beaucoup vadrouillé, ça me donne de l’assurance.

Je prends juste un billet aller au Caire, je ne suis pas sûre d’aller jusqu’au Cap, c’est une idée folle et très ambitieuse pour moi qui n’est jamais fait de vélo longue distance… Je n’ose pas trop le dire à ma famille et mes amis, effectivement, ce projet leur semble très fou. D’autant plus que je pars SEULE!… C’est aussi pour ça que je pars presque aussitot décidée, pour que l’influence de ma famille et amis proches inquiets n’aient pas le temps de me dissuader!

Je vais de toute façon m’arrêter en chemin pour travailler, car je ne peux pas me permettre de dépenser toutes mes économies. Depuis quelques années déjà, je suis guide accompagnatrice en Afrique de l’Est. Je ne laisse donc pas le doute s’installer, je me lance sans aucune obligation cependant, je me dis que je peux toujours revenir si je ne suis pas à l’aise. Je serai prudente et on verra bien!

T’ES TU ENTRAINÉ? AS-TU TROUVÉ ÇA DIFFICILE PHYSIQUEMENT?

Je ne me suis pas entrainée, je n’ai pas eu le temps et je pense que ça n’aurait pas servi à grand chose. La condition physique n’est pas la chose la plus importante. Je ne pratique habituellement aucun sport, j’aime marcher en montagne mais je n’ai jamais fait de vélo sur une grande distance avant. Mon voyage le plus long en vélo fut en Norvège pendant 3 jours… et j’alternais marche et vélo.
Le corps va s’habituer petit à petit. J’ai commencé par l’Egypte qui est un pays facile: bonne route goudronnée, plat, pas de vent et en hiver, il fait une température agréable.
Certains moments ont été très difficiles oui, surtout en Éthiopie, avec plusieurs journées où il a fallu que je pousse le vélo sur des kilomètres et des kilomètres en raison du dénivelé important. Le lac Turkana a été aussi un gros challenge, avec ses routes ensablées et la chaleur écrasante.
Mais tout est possible si tu veux y arriver. Tu es plus fort que ce que tu crois!

COMBIEN DE KM FAIS-TU PAR JOUR?

C’est une question qu’on me pose régulièrement. Ça varie beaucoup en fonction de la route: dénivelé, état, route goudronnée ou piste, en fonction du vent et du temps: fortes pluies, chaleur, et de la motivation ou état de fatigue. Je dirais que je fais en moyenne 80km par jour mais ça peut varier de 50 à 170km! Sans compter les nombreux jours de repos et visites car je ne roule pas tous les jours non plus, je profite aussi de ce périple pour voir des choses, rencontrer les habitants et me reposer régulièrement.

OÙ DORS-TU?

C’est une question qui me fait sourire beaucoup quand je repense à tous les endroits où j’ai pu dormir: dans la nature, cachée dans les bois ou au milieu du désert, chez l’habitant, dans des écoles, des églises, aires d’autoroute, restaurants, comissariats de police (et même un où il y avait des prisonniers!), stations service, boutiques, sur la place du village, mais aussi dans des campings, jardins de lodge et auberges.

Nuit chez les bédouins, Soudan
Camping sauvage en Namibie


QU’EST CE QUI EST LE PLUS DIFFICILE?

Je dirais que le plus dur est d’être seule sur la route autant de temps. Même si je crois que j’aurais difficilement fait ce trajet accompagnée. Parfois on aimerait partager certains moments de joie, ou trouver du soutien dans les moments difficiles.
Je suis forte mentalement et j’étais décidée d’arriver au bout de mon projet, mais il y a des moments où j’aurais eu envie d’abandonner, surtout en Éthiopie, par l’attitude des gens et la difficulté de communiquer avec eux.

QU’EST-CE QUI T’AS MANQUÉ LE PLUS

– mes amis et ma famille, même si je suis habituée à être en vadrouille depuis quelques années. Avec internet et la téléphonie mobile, j’arrivais à avoir contact très souvent avec ma famille et mes amis proches.
– une bonne douche et des toilettes propres… avec un petit budget, c’était compliqué!
– de l’eau fraiche, surtout par grosses chaleurs. Tous les villages n’ont pas de réfrigérateurs et je buvais aussi l’eau que je trouvais en chemin, parfois dans les puits, les robinets, citernes ou directement pompée de la rivière.
– du chocolat et desserts sucrés en général. Mais j’ai compensé par les fruits tropicaux que tu trouves dans beaucoup de pays, sucrés et bons marchés!

Y A-T IL DES ANIMAUX SAUVAGES DANGEREUX EN DEHORS DES PARCS ET RESERVES NATURELLES?

Oui, il y a beaucoup de hyènes, surtout en Éthiopie, au Kenya et au Botswana. En Tanzanie, la route principale de Dar es Salaam à Mbeya traverse le parc national Mikumi sur 50km, j’ai vu lionnes et éléphants entre autres… Je n’étais pas fière, même s’ils étaient loin, une lionne court plus viteque ce que je ne pédale!
Le Botswana est peut être le pays où l’on trouve le plus d’animaux en liberté en dehors des parcs. Dans ce pays, ce sont les villages et champs qui sont cloturés et les animaux sauvages déhambulent librement dans le pays. Dans certaines zones, on peut voir de nombreux éléphants!difícil
En general, les animaux sauvages s’approchent peu des routes en raison du bruit, surtout de jour et il est toujours possible de dormir dans des endroits sûrs. C’est aussi autour des routes qu’il y a le plus de villages et population, donc moins de bêtes sauvages.

éléphant sur la route au Botswana

ET SI TU ES MALADE?

Je me soigne, je m’arrête et je me repose! Il est vrai que dans certaines zones, l’accés a une bonne assistance médicale peut être compliquée mais tu n’es jamais trop loin d’une grande ville avec des hopitaux, du moins sur le trajet le Caire-le Cap.
J’ai dans mes bagages une trousse de secours avec les médicaments de base. J’ai aussi une bonne assurance. En cas de réel problème, j’ai juste à les contacter et ils s’occupent de tout!
Je suis forte, je ne suis jamais malade même en Europe, alors ça ne m’a pas vraiment préoccupée. J’ai été un peu malade un jour en traversant le désert au Soudan, sur la pire des routes car il n’y a personne: de Karima à Atbara. J’ai commencé à avoir mal au ventre et à vomir. Il n’y avait pas d’ombre et pas de voiture qui passait, alors j’ai dû continuer à pédaler. Après quelques heures, j’ai trouvé un maigre acacia sur le bord de la route où je me suis reposée. Heureusement, je me suis sentie mieux pour pouvoir avancer. Un coup de chaleur peut-être.

QUI RÉPARE TON VÉLO S’IL Y A UN PROBLÈME?

Moi même pour les choses simples et la maintenance. J’ai appris grace à Youtube surtout comment réparer une crevaison, changer la chaine, les freins, les chambres à air et les pneus. S’il y a vraiment quelque chose que je ne sais pas ou ne peut pas réparer moi-même, alors je dois trouver un atelier de réparation. C’est aussi pour ça que j’ai pris un vélo simple et standard en Afrique, où je peux trouver des pièces de rechange facilement: roue de 26′, freins à pastilles, etc. J’ai aussi quelques pièces de rechange bien sur, en cas d’urgence.
En général, il est possible de trouver des ateliers de réparation dans les grandes villes, et même dans les villages au Malawi et en Zambie, où le vélo est très utilisé par les locaux.
En 14000 km, j’ai eu une trentaine de crevaisons, usé deux pneus arrière, et changé quatre fois la chaine, une fois de cassette et une fois de selle (fin de voyage).

Siège cassé au milieu de nulle part

QUEL PAYS AS-TU LE PLUS AIMÉ?

Difficile de choisir, j’ai beaucoup aimé le Soudan pour la gentillesse et l’authenticité des gens, pour ses pyramides au milieu du désert sans touristes, pour les nuits passées chez l’habitants et seules dans le désert sous des milliers d’étoiles. C’est une destination que je recommande pour son côté très aventurier!
La Tanzanie est aussi un de mes pays préféré, les gens sont très attachants et les paysages sont très jolis, surtout de Morogoro à Iringa et de Mbeya à la frontière du Malawi. Collines verdoyantes, rivières sauvages de Ruaha et Ruapi, faune abondante à Mikumi.
Le Malawi m’a également beaucoup surpris avec les paysages du lac Malawi et ses villages de pêcheurs.
Et la Namibie bien sûr, où les paysages désertiques, la sensation d’être sur la Lune et la sécurité en font un paradis pour les cyclistes!

Mais aussi:

La Vallée de l’Omo et le lac Turkana: même si les tribus de la vallée de l’Omo sont très touristiques, l’approche en vélo est différente et permet d’accéder à des zones où les touristes ne vont pas ou peu comme la piste Weyto-Arbore-Turmi.
Le lac Turkana: les villages sont très pauvres mais les gens sont gentils et simples. C’est une aventure de pédaler dans cette zone difficile d’accès car le chemin est en très mauvais état et la frontière n’est pas officielle.
L’Est du Botswana: l’adrenaline monte dans cette région du pays où les éléphants et autres animaux sauvages déhambulent librement en dehors des parcs et reserves. En vélo, il faut faire très attention et voir des éléphants est très courant, souvent même très proches de la route!

ET LE MOINS?

Peut-être la Zambie, car les paysages ne changent pas trop dans le Sud, mais je suis curieuse d’y retourner pour visiter le Nord.
L’Éthiopie a été fatiguant car les gens ne sont pas particulièrement accueillants, ils ne parlent pas beaucoup anglais et les enfants mendient à ton passage et peuvent arriver à être agressifs en te menaçant avec des batons ou en te jettant des pierres mais le Sud du pays reste très joli et surprenant.

Enfants en Éthiopie

QUE FAIRE DU VÉLO QUAND TU NE ROULES PAS?

La nuit, il dort avec moi, dans la chambre le plus souvent, ou dans un lieu sûr de l’hotel. Si je campe dans la nature, je l’attache avec la chaine tout près de la tente ou directement à la tente si je suis dans le désert et prends les objets de valeur dans la tente avec moi.
La journée si je m’arrête manger, je le gare à côté pour avoir toujours un oeil dessus. Si je veux faire une visite en chemin, je le laisse à un vendeur, à l’entrée du monument ou du site avec des employés, je l’attache avec ma chaine et je garde toujours avec moi argent et objets de valeur. Dans les magasins ou centres commerciaux, je l’attache auprès des agents de sécurité à l’intérieur du batiment.

QUE FAUT-IL EMPORTER POUR UN VOYAGE AUSSI LONG?

J’ai fait une liste de tout le matériel que j’emporte, mais le plus pratique est de voyager léger! Voir la liste dans cet article.
Ne te surcharges pas trop de choses que tu peux trouver ou remplacer facilement sur place, comme les vêtements.
Ce que j’ai trouvé utile est ma trousse de secours, surtout en brousse, où les villes sont éloignées les unes des autres et mon chargeur solaire, que j’ai utilisé presque tous les jours, sur le vélo c’est très pratique!
J’ai décidé de ne pas emporter de matériel de cuisine car le poids était considérable et en Afrique on trouve à manger partout à prix très économiques, souvent moins d’un euro le repas. Dans les endroits les plus reculés ou pays plus désertiques, j’étais chargée de boites de conserve.

CE QUE JE REGRETTE DE NE PAS AVOIR EMPORTER?

Un pneu “marathon plus” de rechange… Je ne pensais pas en avoir besoin mais mon pneu arrière a commencé à être bien fatigué au Botswana, je l’avais pourtant changé avant de partir d’Addis Abeba. Crevaisons à répétition à partir de Maun… J’inverse donc pneu avant et arrière, moins de poids à l’avant alors mon pneu avant est encore en état. Je dois attendre Windhoek pour le changer mais tous les pneus du magasin de vélo, pourtant moderne, sont “made in China”. Pas le choix et encore quelques crevaisons sur les routes de graviers du Sud de la Namibie…

TU AS EU PEUR?

Peur de quoi???

CONSEILS POUR PRÉPARER UN LONG VOYAGE EN VÉLO

10 ASTUCES POUR FINANCER UN VOYAGE À VÉLO LONGUE DISTANCE